The Little Green Way

Halte au gaspillage !

EUROPE-90-MILLIONS-DE-TONNES-DE-NOURRITURE-A-LA-POUBELLE-PAR-AN_opt

Dans le monde, près de 5 millions d’enfants meurent chaque année de la faim, sans compter les 200 millions d’enfants (de moins de 5 ans), qui présentent des signes chroniques ou aigus de malnutrition*.

La Faim et la malnutrition dans le monde

 

avec-la-crise-en-espagne-de-plus-en-plus-de-personnes_433243_510x255

 

Entre 2011 et 2013, 842 millions de personnes soit 12% de la population mondiale est sous-alimentée*.

 

Le gaspillage alimentaire : des conséquences environnementales, sociales et économiques

 

Selon de grandes organisations, comme la FAO, en France, nous jetons en moyenne 21% des aliments que nous achetons, ce qui représente 6.5 millions de tonnes de déchets alimentaires par an, soit 100 kg par an et par habitant*. 

 

 

Chaque année, en France, plus de 2,3 millions de tonnes* de nourriture seraient gaspillés dans la distribution. Dans la restauration collective et commerciale, le chiffre s’élève à 1,5 million de tonnes*.

 

* Sources : Rapport d’Urban Food Lab pour le ministère de l’Agriculture, et FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), 2011

Combien d’aliments gaspillés dans le monde  ?

 

1 300 000 000 kilos

Selon une analyse menée en 2011 par la FAO, on estime que la quantité de gaspillage alimentaire dans le monde s’élève à 1,3 milliard de tonnes par an, 1 300 000 000 de kilos par an soit environ 1/3 de la production totale de denrées alimentaires destinée à la consommation humaine.

Au niveau mondial, 1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée. Des chiffres choquants avec des répercussions économiques, sociales et environnementales !

Mais à qui la faute ?

Les millions de tonnes d’aliments gaspillés par les européens se répartissent de la manière suivante :

  •  42 % par les ménages
  •  39% par l’industrie agroalimentaire
  •  5% par les détaillants
  • 14% par le secteur de la restauration

La Green-team va donc jouer aujourd’hui au maître d’école, et nous allons réviser ensemble quelques leçons élémentaires afin d’éviter tout autre gaspillage.

 

Leçon N°1 : Consommer raisonnablement

Avec l’achat impulsif non prévu à l’arrivée du supermarché, le consommateur succombe trop souvent aux sirènes du marketing agroalimentaire. Ainsi, nous achetons des produits alimentaires qui nous sont inutiles et coûteux, pire, ce sont souvent ces mêmes produits qui sont préjudiciables à notre santé. D’une manière générale, il faut éviter d’avoir « les yeux plus gros que le ventre » : les promotions, les prix spéciaux sur les lots, les coupons de réduction, les gadgets « donnés » avec les produits alimentaires ne devraient pas être les principaux critères de choix !

A vouloir faire une bonne affaire ou se faire plaisir, on entasse des produits qui se périment et peuvent contribuer à déséquilibrer notre régime alimentaire.

Plus sensés, l’achat en vrac et l’achat réfléchi (« en ai-je vraiment besoin ? ») demeurent de bons moyens, simples, de faire des économies, de générer moins de déchets et d’ajuster au mieux la quantité de nourriture dont nous avons vraiment besoin tout en contribuant à préserver notre santé.

Leçon N°2 : DLC, DLV, DLUO, quelles différences ?

Réflexe quasi-automatique pour chaque personne qui a pris l’habitude de remplir son frigo en passant par la case « supermarché » : vérifier les dates de péremption et en connaître leurs significations. 

  • La DLC : Date Limite de Consommation est présente sur les emballages avec la mention : « à consommer jusqu’au : »
  • La DLV : Date Limite de Vente
  • La DLUO : Date Limite d’Utilisation Optimale est présente sur les emballages avec la mention : « à consommer de préférence avant le : »

 

Date-limite-de-consommation

 

 

  VS

 

 

La Date Limite de Consommation : cette date concerne les produits frais, rapidement périssables et qui peuvent nuire à la santé une fois périmés (produits laitiers, fruits de mer, poissons, viandes, etc.).

Ainsi, la DLC correspond à la DLV ( je rajouterais à quelques jours près) : Il est interdit de vendre les produits marqués d’une DLC au-delà de la date indiquée, c’est pourquoi certains supermarchés préfèrent par précaution les retirer des rayons quelques jours avant leur échéance, et les jeter à la poubelle.

La Date Limite d’Utilisation Optimale est une date indiquée sur les emballages alimentaires au delà de laquelle ses qualités gustatives et nutritionnelles ne sont plus garanties. Le goût peut être moins prononcé, les vitamines peuvent avoir en partie disparues, la consistance peut être modifiée … Cependant, cela ne constitue aucun danger pour la santé.

Les produits concernés sont principalement des produits d’épicerie : café, conserves, surgelé, boissons, biscuits secs …

 Les conseils de la Green-Team : 

Pour les viandes, oeufs, produits laitiers, respectez dans la limite du possible la DLC.

Cependant à savoir :

Les oeufs :   

 Les oeufs portant la mention « frais » peuvent être consommés a priori durant 4 semaines, ce qui n’est pas le cas des oeufs dits « extra-frais » qui doivent être consommés dans les 9 jours après la ponte.

Conseils : Si lorsque vous cassez un oeuf, vous vous rendez compte que le  qu’il ne permet pas de maintenir le jaune, cela est un signe de non-fraîcheur, si non, vous pouvez le consommer.

Les yaourts :

Il est possible de consommer ces produits jusqu’à deux semaines après le dépassement de la date de péremption.

Toutefois, il est recommandé d’être vigilant face à un produit dont l’opercule serait bombée, ou face à un yaourt dont la substance parait suspecte.

Le lait :

A priori, le lait UHT est conditionné après avoir été stérilisé. Il s’agit donc d’un produit dit de longue conservation, et il porte de ce fait une date limite d’utilisation optimale.

Si le lait n’a pas été ouvert, il peut donc être consommé une fois la date limite dépassée, jusqu’à deux semaines après le dépassement de la date.

Attention, ces recommandations ne sont applicables que si la bouteille ou la brique de lait n’a pas été ouverte et ne concernent pas le lait frais qui doit être consommé dans les jours suivant l’achat 

Les conserves :

Si les conserves portent une DLUO, le produit peut en général être consommer plusieurs mois après dépassement de la date, voir plusieurs années.

Cependant, il est fortement déconseillé de consommer les aliments contenus dans une conserve rouillée. De la même façon, que la date indiquée soit dépassée ou non, il est conseillé de ne jamais ouvrir et consommer les boîtes de conserve au couvercle bombé, en raison du risque de botulisme.

Pâtes, riz, lentilles :

Pour la plupart des produits marqués d’une DLUO, il n’y a en fait pas vraiment de date de péremption. Par exemple, pour le riz, les pâtes, les lentilles, le loubia etc. il suffit simplement de les conserver dans un contenant bien fermé à l’abri de la lumière et de l’humidité. Ils se conserveront très longtemps !

Si le riz est vieux, il vous suffira de récupérer les grains noircis qui flottent dans la casserole, pour les lentilles, un simple tri manuel suffira pour enlever les mauvais grains et concernant les pâtes, elles risqueraient seulement d’être un peu ramollies mais elles restent bonnes à manger.

D’une telle façon, un gros effort est nécessaire de la part des consommateurs, qui doivent s’habituer à ne pas jeter systématiquement quand la DLC est passée.