The Little Green Way

Une alternative au ciment : la terre crue pour la construction d’un four à pain !

Chers « Greeners », depuis quelques temps, j’aimerai vous parler d’un matériau de construction, naturel, facile à manipuler, amusant, peu coûteux et très répandu à travers le monde : l’utilisation de la terre crue. Un matériau idéal pour l’éco-construction et nous verrons dans ce cas particulier comment est-il possible de réaliser son four à bois en terre crue.

En attendant, pour bien comprendre les enjeux de cet article, je vous laisse regarder cette courte vidéo.

 

Eh oui chers « Greeners », surprise ou non, le ciment abondamment utilisé dans le BTP, n’est pas sans danger pour la santé et l’environnement. 

De quoi est constitué le ciment ?

 La plupart du temps, le ciment est obtenu initialement à partir de calcaire et d’argile extraits des carrières. Ces matières premières sont broyées et mélangées pour assurer une composition régulière : carbonate de calcium (CaCO3), 77 à 83 % ; silice (SiO2), 12 à 14 % ; alumine (Al2O3), 2 à 4 % et oxyde ferrique (Fe2O3), 1,5 à 5 %. Le mélange est ensuite séché, broyé et cuit à 1 450 °C. Le produit obtenu est appelé clinker Portland.

Fabrication du cimentLe clinker, est donc composé principalement de silicates et d’aluminates de calcium et de petites quantités de chaux libre.Or, nous trouvons aussi, à titre d’impuretés, des traces de différents métaux, comme le chrome, le nickel et le cobalt. Mélangés avec un liquide, les granules forment une pâte liante. L’ajout de sable permet d’obtenir un mortier et l’ajout de fragments de roche, du béton. Par ailleurs, des additifs et adjuvants à faible dose (inférieure à 5% de la masse du ciment) sont de plus en plus utilisés dans la formulation des bétons, mortiers et coulis, afin de leur conférer des propriétés particulières : accélérateurs de prise, résines époxydiques, matières plastiques anticorrosives, agents bactéricides, soude caustique…

Les dangers :

 

Suite à la sur-utilisation lors de la fabrication du ciment, nous avons pu remarquer que certains employés travaillant quotidiennement avec le ciment souffrent de problèmes respiratoires. En effet certains allergènes présents dans le ciment comme le chrome, le colbat ou autres résines époxydiques entrainent fréquemment des symptômes de bronchites chroniques ou autres maladies respiratoires. D’autres situations plus génantes existent où le clinker, laissé pleinement à l’air libre, entraîne une poussière suffocante génant les populations vivants aux alentours et sont amenés à subir de lourdes conséquences pour leur santé. Petit clein d’oeil à la population de Yagbé au Bénin. Pour en savoir plus, par ici.

Puis, de manière plus générale, la fabrication du ciment est une importante source de gaz à effet de serre ; elle est à l’origine d’environ 7 à 8 % des émissions totales de CO2 à l’échelle du globe ! En effet, chaque tonne de ciment produite requiert l’équivalent de 60 à 130 kg de fuel (ou son équivalent) et une moyenne de 210 kW sans compter les coûts engendrés par son acheminement.

Voilà pourquoi, la Green-Team vous propose aujourd’hui une des alternatives en termes de matériaux de construction : L’utilisation de la terre crue.

http://rouletabosse.over-blog.fr/10-categorie-10863131.html

http://rouletabosse.over-blog.fr/10-categorie-10863131.html

La terre crue, considérée comme plus le vieux matériau de construction au monde et présente en grande abondance, possède un excellent bilan énergétique (peu de transport, pas de transformation…). Comme la paille, un des matériaux les plus économiques, la terre crue présente des propriétés très intéressantes poussant actuellement les auto-constructeurs et les professionnels du bâtiment à réutiliser ce matériau :

  • Aspect écologique : Energie grise limitée, peu de transformation, matériau local, recyclable et non toxique, compatibilité avec l’isolation en paille.
  • Qualités techniques : La résistance au feu, l’inertie thermique, la capacité d’absorption des odeurs, des bruits, le confort thermique et sanitaire lié à la régulation de l’hygrométrie, l’accessibilité au grand public.

Après avoir étudié les propriétés de la terre crue, nous allons voir maintenant en quoi elle s’avère très utile pour la construction d’un four à pain.

La construction du four à pain en terre crue

 

En effet, depuis quelques années, on nous parle souvent du pain fait maison, une très bonne initiative, économique et valorisante. Or, faut-il encore avoir de quoi cuire son pain, vous allez me dire « Et bien, il existe les machines à pain ». Oui, mais …

Le four à pain en terre crue s’intègrera beaucoup mieux dans le payage que votre énorme machine à pain sur le plan de travail …

Le four à pain en terre crue vous permettra de diminuer votre consommation en énergie …

Le four à pain en terre crue vous garentira la qualité d’un pain cuit au feu de bois …

Enfin, le four à pain, vous permettra de laisser aller vos talents de pizzaïolo et boulanger au plus grand bonheur de la famille et des amis !

Le four à pain, comment ça marche ?

 

Le principe du four à pain est de faire du feu à l’intérieur jusqu’à ce qu’il soit suffisamment chaud, de retirer alors les braises, d’enfourner, de fermer et de laisser cuire. Il paraît de ce fait indispensable que le four ne refroidisse pas trop vite durant la cuisson.
Le four est donc constitué d’une coque en mélange terre et sable + terre et paille, jouant le rôle de stockage de chaleur et d’une couche isolante paille et terre. Le tout étant recouvert d’un enduit en terre, sable et paille qui peut éventuellement être remplacé par un enduit de chaux pour une utilisation en extérieur (résistance aux intempéries).

Désormais, il est indispensable d’étudier de plus prêt le plan de la construction du four ainsi que ses dimensions. Comme tout appareil de chauffage au bois, il est important de respecter des proportions entre l’arrivée d’air et la sortie des fumées pour permettre un bon tirage. D’après notre ami Nicolas Moussu, il faut respecter un rapport de 63% entre la hauteur de la porte et la hauteur maxi de la voûte. Si on est plus bas à l’entrée, le tirage n’est pas bon, et si on est plus haut, la chaleur s’en va trop rapidement et ça chauffe mal et consomme plus de bois.

Attention, un des uniques inconvénient du four en terre crue est de le protéger de l’eau pour éviter qu’il prenne l’humidité et s’abîme avec le temps.

Je vous laisse maintenant, un ensemble de liens et quelques tutoriels afin d’étudier plus en détails, la construction du four à pain en terre crue, en attendant, je vous conseille vivement de regarder le tutoriel ci-dessous. Une vidéo réalisée lors de « jardin en fête » organisé par l’association A FLEUR DE PIERRE : la construction du four à bois, une alternative écologique, économique, ludique qui se partage dans la joie et la bonne humeur !

La VIDEO , c’est par Ici !!!!!

http://www.creation-ceramique.com/download/four_pain_terre_crue.pdf

http://caradeumsoboles.over-blog.com/page-478349.html

http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-four-a-pain-en-terre-crue.php