The Little Green Way

Zéro déchet : pas simple, mais possible !

Claire est une habituée de la poissonnerie de sa ville, où elle se rend régulièrement munie de son bocal. Mais, ce jour-là, son vendeur habituel était absent. Son remplaçant fut quelque peu étonné de se voir obligé de glisser la commande de poisson dans le bocal de Claire, sans emballage papier qui plus est. Mais il eût encore plus de mal à croire que Claire refusât aussi un simple ticket de caisse…

Claire, blogueuse, est adepte du zéro déchet depuis 2012. Ce qui peut paraître étonnant, voire impossible pour beaucoup, est aujourd’hui affaire courante pour elle. Claire illustre la révolution du zéro déchet. Zéro comme rien du tout, nada…

Zéro déchet – le déclic : taxes et exemple des autres

Le déclic ? C’est après avoir reçu le détail de la taxe incitative à sa production de déchet que Claire a commencé à se poser des questions. Persuadée de recycler et trier ses déchets comme il le faudrait, elle se résigna dans un premier temps à penser que la faute des déchets venait avant tout de l’industrie de masse et de sa profusion d’emballage. Mais la lecture du fameux blog Zéro Waste Home de Béa Johnson bouleversa sa vision : « Tant que j’achèterai des produits sur-remballés les industriels en produiront », conclut-elle.

Claire Poirier Zéro déchet-red

 

Une année complète sans déchet, le pari peut paraître impossible à l’époque de la consommation de masse… Pourtant, Claire n’est pas seule. Loin d’être un phénomène de mode, l’aspiration à ce mode de vie et de consommation sans déchets touche de plus en plus de personnes : ne pas laisser derrière nous une longue traînée de déchets inutiles.

Certains, de par le monde, se sont donc lancés dans l’aventure de vivre un an en diminuant au maximum le rejet de déchets : découvrons leurs motivations et apprenons comment prendre exemple de leurs expériences.

Tous pensaient que c’était impossible au départ

Comment ces personnes en sont-elles arrivées à vouloir changer en casino online australia e profondeur leur mode de vie ? La réponse est simple : en étant confrontées aux problèmes de notre société actuelle en termes de protection de l’environnement et aux dégâts causés par l’habitude de tout jeter à la poubelle.

dechets-herbe-poubelle-nature-01

Loin d’être dans l’extrémisme ou dans la révolte, ce mode de vie demande certes une forte volonté mais ne bouleverse pas fondamentalement le rythme de vie, comme nous l’explique Claire : « contrairement, à ce que l’on peut imaginer, expérimenter le mode de vie zéro déchet n’a pas changé fondamentalement mon rythme de vie. Il y a eu une période d’adaptation d’environ 3 à 6 mois où j’ai essentiellement changé mes habitudes d’achats ».

Et surtout vivre sans déchet ne veut pas dire vivre reclus comme nous l’explique toujours Claire : « Je ne suis pas passéiste. Comme beaucoup, j’ai un téléphone portable, une tablette, … faire mes yaourts maison, oui, mais dans une yaourtière. Ceci dit, les années et siècles d’expériences qui nous précèdent sont certainement riches d’enseignements que nous avons balayés au nom de la modernité et de la technologie. Mais manger des aliments dont on ne connaît même plus le contenu : est-ce moderne ? »

Leçons apprises – ce n’est pas simple, mais c’est possible

Apprendre à REFUSER ce dont on n’a pas besoin

Il est tout d’abord nécessaire de refuser le jetable dans sa globalité, et nous entendons par jetable tout ce qui ne peut pas être réutilisé, tout ce qui pollue inutilement et tout ce dont l’utilisation n’est pas nécessaire.

ordures-dechets-poubelle-02

Proclamer « NON » haut et fort, voici ce que la plupart de ces personnes ont dû se forcer à faire. Comme nous l’affirme Lauren, 23 ans : « j’ai commencé à dire non à des choses comme les pailles dans mes cocktails dans les bars, non aux sacs plastiques ou en papier dans les magasins ».

Cette phase de refus implique de ne pas être soumis à la plupart des publicités et pratiques marketing qui influencent nos modes de consommation.

RÉDUIRE au maximum

Pour cette étape, le désencombrement est requis. Il faut garder uniquement ce dont nous avons réellement besoin. Les achats se font donc de manière plus raisonnée. Noter qu’ainsi vos dépenses risquent, au passage, de s’amenuiser…

 Éliminer le plastique signifiait apprendre à emballer tous mes produits moi-même. Lauren, 23 ans, adepte du Zéro déchet.

Toutes les pièces de la maison doivent être passées au peigne fin. Adieu les dizaines de produits d’entretien, le bicarbonate de soude et le savon noir peuvent à eux seuls subvenir à l’essentiel de l’entretien de votre maison.

Pour être optimale, l’utilisation des appareils électroménagers doit être repensée, certains n’étant sûrement pas primordiaux.