The Little Green Way

Zéro déchet : pas simple, mais possible !

Zéro déchet : RÉUTILISER autant que faire ce peut

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Ce précepte d’Antoine Lavoisier doit devenir la base du changement de comportement. C’est, en réalité, le changement le plus décisif : acheter en vrac, et si possible local et de saison, et faire soi-même.

Avec un peu d’imagination et d’huile de coude, tout est envisageable. L’obstacle est bien souvent plutôt le temps que les solutions pratiques : les yaourts, le pain, un potager – possibles même en ville -, une crème hydratante, de nombreuses recettes sont disponibles et facile à réaliser.

  • Alternatives pour remplacer vos cotons démaquillants, vos cotons tiges et vos serviettes hygiéniques comme remplacer les cotons-tiges par un unique cure oreille ou encore fabriquer de petit disques de tissus en substitution aux innombrables cotons que nous utilisons chaque jour.
  • Favoriser un bloc de savon plutôt que les bouteilles de gel douche en plastique
  • Pour vos cheveux, pourquoi ne pas tester le sans shampoing, difficile à se lancer mais tout de même sans égal pour la planète et pour vos cheveux, trop souvent maltraités par les shampoings vendus en grande surface.
  • Sinon, des recettes de shampoing sec avec de la maïzena et de l’argile verte sont idéales. Aussi pour des après-shampoing.
  • Et voici une recette facile et très économique pour la lessive.

ordures-dechets-poubelle-ville-01

Échanger, troquer, partager sont autant d’actions de substitution à l’achat de masse

Et surtout, réutiliser nos propres déchets. Que se soit nos déchets alimentaires, que nos fins de produits d’entretien ou de maquillage par exemple. Les solutions sont multiples : une blogueuse et adepte du zéro déchet nous fait ainsi part, avec fierté, qu’elle réutilise son bouillon avec les os de poulet rôti pour faire un risotto ou encore la cendre de bois de son poêle pour nettoyer les vitres !

Zéro déchet = 100% RECYCLAGE

Rien de plus simple pour nos restes alimentaires, un bon composteur est idéal. Nos adeptes du zéro déchet utilisent le fameux lombri-composteur, boîte à compostage innovante et surtout prête à l’emploi.

Une organisation infaillible

C’est bien au moment des courses que ce mode de consommation se fait ressentir le plus et surtout face à la profusion à laquelle nos centres commerciaux sont régis. Claire nous confie que chaque organisation reste unique en fonction du mode de vie de chacun. Pour elle, vivant à la campagne, le marché chaque semaine, accompagnée de ses bocaux, et l’épicier bio restent ses principaux fournisseurs avec quelques achats sur les sites internet des grandes surfaces pour certains produits spécifiques : « j’y achète ce que je ne trouve pas en vrac et je ne choisis que des emballages recyclables ».

retour marché

Une organisation qui peut paraitre fastidieuse, mais qui au final fait gagner du temps et de l’argent.

Une vie transformée

Des économies, une alimentation saine, une vie transformée ! Pour les témoins du zéro déchets contactés, la principale clé de ce changement d’habitude reste la force de conviction. « Je n’ai pas commencé à vivre ce style de vie pour faire une déclaration, j’ai commencé à vivre de cette façon parce que vivre une vie zéro déchet est, pour moi, le meilleur moyen de vivre en adéquation avec mes valeurs et mes principes », pour Lauren.

Tout comme les défenseurs du zéro déchet nous l’affirment, le déclic se fait après une prise de conscience avec la volonté de revenir à de vraies valeurs de vie. La « simplicité volontaire » en est le fondement en opposition à l’insatisfaction perpétuelle que notre modèle de société nous impose. « Vivre confortablement en ne produisant quasiment pas de déchet est tout à fait possible, comme beaucoup de choses il s’agit avant tout de volonté », selon Maude, une autre blogueuse et adepte du Zéro déchet.

Les adeptes restent unanime sur un point : ce mode de vie a véritablement redonné du sens à leurs convictions, par les rencontres, le lien et le partage qu’il a induit. Plus de contraintes et beaucoup de contradictions ? Selon Claire, « C’est tout le contraire… C’est un vrai challenge, mais c’est enthousiasmant ». Alors… êtes-vous enthousiasmés ?